Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Office du Tourisme / Patrimoine / Architecture / Patrimoine Militaire
Actions sur le document

Patrimoine Militaire

Châteaux et forteresses

Le château de la Motte (Dorinne)

tirait son nom de l’ancienne cense de la Motte, acquise en 1591 à la famille Brant, par Charles de Glymes. Incendié en 1914 par les allemands, le château fut reconstruit en 1922 en belle pierre du pays sur un autre emplacement.

Le château d’Evrehailles (Evrehailles)

représenté vers 1604 par Adrien de Montigny dans un des albums de Charles de Croÿ, le château était le centre d’un fief cité dès le XIIIème siècle et a du être reconstruit, au XVIème siècle, soit par les Montjoie, soit par les Rosey. Il semble qu’au départ, le château ait consisté en une enceinte quadrangulaire entourée d’eau et flanquée de deux tours d’angles circulaires. Les maçonneries sont presque entièrement en moellons de grès assisés et pierre bleue.

Le château (Godinne)

appelé Prieuré, est une demeure construite par Henri de Wildre prévôt de Poilvache au début du XVIe s., maintenant propriété privée du Docteur Monsieur Mathy.  Il fut construit de briques et de pierres calcaires. Le château se distingue par son pignon à gradins, autrefois très courant mais actuellement assez rare. Il fut la résidence des Seigneurs de Godinne, dont on retrouve les blasons en divers endroits.

Le château Gaiffier (Houx)

c’est une grande demeure en briques en forme de U datant de 1795. Le château de style classique est prolongé par un grand parc. A proximité du château, se situe une belle fontaine en pierre bleue par où coule l’eau de plusieurs orifices.

Le château de Blocqmont (Houx)

est situé sur les hauteurs boisés , vers Poilvache, et tire son origine de son propriètaire Nicolas Blocq (Blocq Mont) en 1601. Le château de Blocqmont fut construit vers le milieu du XVIIIème siècle en briques de style classique à deux étages.

Le château de Poilvache (Houx)

sur la cime d’un rocher très élevé, on aperçoit les ruines de l’ancienne forteresse de Poilvache. Sa fondation remonte aux années 1226-1228. Elle fut l’œuvre de Waleran de Montjoie, duc de Limbourg et de sa femme Isabelle de Bar, comtesse de Luxembourg. Le nom primitif du château (smaragdus – Esmeraude en roman) provient du nom d’un homme franc Meraldus. Il était connu depuis le XIIIème siècle, sous le vocable de " Poilvache ". Ce dernier nom aurait été donné aux habitants du château, par les Dinantais et les Hutois, parce qu’ils pillaient porcs et vaches jusque dans les étables. Le château était également connu des anciens sous le nom de Castrum Bohemorum.
Le château fut assiégé, pris et ruiné par les Dinantais, en 1322. Les Liégeois en firent le siège en 1430. Après une vigoureuse défense soutenue pendant 5 à 6 jours, la garnison se rendit et le château fut rasé. Rétabli de nouveau, il fut entièrement démoli par l’armée française en 1554. De cet antique boulevard de la féodalité, l’on ne voit plus que quelques vestiges des souterrains, et un puit percé dans le roc, de 55 mètres de profondeur.
Actuellement propriété de la Région Wallonne, les ruines ont été inscrites dans " Patrimoine exceptionnel en 1992. http://www.poilvache.be/

Le château de Spontin (Spontin)

illustre l’évolution d’une habitation seigneuriale du Moyen Age à nos jours. A l’origine, vers le 12ème siècle, le château de Spontin fut une " tour défensive "carrée construite sur un îlot du Bocq. Celle-ci était destinée à protéger les usagers de l’antique voie romaine Dinant-Huy. Après de hauts faits d’armes, le chevalier de Spontin, Guillaume dit " l’Ardennais ", transforma à la fin du XIIème siècle, le bâtiment primitif en une demeure fortifiée de 3 étages, aux murs plus épais et y ajouta 2 tourelles de défense avec pont-levis. C’est seulement au XIVème siècle que la demeure prit réellement son aspect de château fort classique. Dès le 16ème siècle, les fortifications devenues inutiles (invention de la poudre à canon), le château se transforma en résidence de style par le percement de fenêtres et la construction des toitures actuelles sur les tours. Les 2 dernières transformations furent la construction d’une ferme fortifiée sur la façade (XVIIème S.) et la démolition d’une partie des fortifications arrières. La ferme fortifiée qui abrite actuellement les infrastructures touristiques qui font de Spontin un des hauts lieux du tourisme namuroisLa ceinture fortifiée (Spontin): 6 donjons défendaient le château d’un ennemi dans toutes les directions. Quatre étaient plus rapprochés du château : Senenne, La Rochette, Bailoy et Durnal ; deux en étaient plus éloignés : Mouffrin et le Stier. Ce dernier était le plus puissant de tous de par son manoir, son moulin, sa boverie et ses dépendances.

A noter que le château ne se visite plus.

Le château de Bouvignes (Yvoir)

fut construit en 1751. Cette ancienne maison de maître de forges repose sur une fondation de tour antérieure qui aurait eu une fonction défensive. Ce bâtiment est actuellement propriété de la province de Namur.

Le château Dapsens (Yvoir)

est l’ancien château Gaiffier. On remarque une ancienne tour de guet, plus ancienne qui dépendait sans doute, de l’ancien château des Seigneurs d’Yvoir. Derrière le château Dapsens se trouve une chapelle érigée en 1688 qui possède un autel en marbre remarquable et 2 jolies statues en bois de Saint-Pierre et Saint-Roch.